Le petit ours et l’étoile polaire (5’30)

(modèle origami par John Montroll, plié par mes soins)

Il était une fois un bébé ours polaire
Qui était assez grand pour apprendre à pêcher.
C’est ainsi qu’il suivit les traces de sa mère
Pour apprendre à trouver des poissons argentés.

🎤 Podcast en français (téléchargement podcast)


Il était une fois un bébé ours polaire
Qui était assez grand pour apprendre à pêcher.
C’est ainsi qu’il suivit les traces de sa mère
Pour apprendre à trouver des poissons argentés.

Elle choisit de l’amener sur la banquise
Et lui montra comment faire un trou dans la glace
Puis comment renifler les odeurs de la brise,
Nager et remonter, puis lui céda la place.
Notre petit ourson, distrait par l’aventure,
N’écoutait qu’à moitié ses préconisations…
Il se jeta à l’eau, fier et un peu trop sûr
Qu’il réussirait sans devoir faire attention.

Ici, sous la glace, la lumière était belle,
Toute irisée sur les écailles des poissons !
Ceux-ci s’approchaient pour chatouiller son oreille
Ceux-là s’éloignaient quand s’approchait notre ourson.

Réjoui de son épopée, il trouva un trou
Par où ressortir après avoir bien nagé.
Une fois nettoyé son pelage tout doux,
Il regarda à droite, à gauche, de côté :
Impossible de retrouver sa maman ourse.
Le voilà, surpris, étonné, un peu inquiet…
« Maman ? demanda-t-il, perdu après sa course.
Maman ? » répéta-t-il d’une voix apeurée.

Personne ne répondit à ses couinements
Et le petit ourson commença à pleurer…
Qui pourrait l’aider à retrouver sa maman ?
Un pingouin s’approcha, par les cris alerté.

« Bonjour ! Hé ! Bonjour ! l’interpella le pingouin.
Moi, je suis un pingouin. » Mais nul ne répondait.
Le pingouin insista : « Que fais-tu dans ton coin ?
Tu as l’air seul, désemparé. Je peux t’aider ?
— Bonjour… Moi je suis un petit ourson polaire.
J’ai beaucoup nagé, et je me suis égaré. »
Il soupira, tristement : « J’ai perdu ma mère…
— Nous allons la trouver, dit le pingouin, touché.
Demandons à la morse qui vit à côté. »
L’ourson accepta et ils partirent tous deux.
Ils repérèrent la morse bien installée,
Douillettement lovée dans un amas neigeux.

« Eh bien, mes amis, qu’arrive-t-il ? dit la morse.
— Bonjour… Je suis un ourson qui cherche sa mère…
— Je vois, nota-t-elle, que l’histoire se corse.
Allons voir la renarde qui fait sa tanière
Car dans l’eau, c’est sûr, je n’ai vu que des poissons. »
L’ourson accepta et ils partirent tous trois
Jusqu’à un petit igloo tout fait de glaçons
D’où émergea une renarde dans le froid.

« Bonjour ! Me cherchiez-vous ? questionna la renarde.
— Bonjour… Je suis un ourson qui cherche sa mère…
— Ah ? Tu t’es égaré ? Pardon de ma mégarde.
Montons la colline pour prendre des repères !
Moi je ne l’ai pas vue, mais de là-haut peut-être ?
Peut-être y sera-t-ell’ ! » jappa-t-elle gaiement.
Son enthousiasme aida l’ourson à se remettre
Et même le fit sourire timidement.
L’ourson accepta et ils partirent tous quatre
À l’escalade de la colline voisine.
Sans aucun doute, l’expédition ferait date
Comme le souligna la renarde taquine.

Pendant ce temps, les étoiles s’étaient levées.
« Regarde, dit la morse, l’étoile polaire. »
Le petit ourson leva doucement le nez.
« Mais oui, c’est l’étoile de tous les ours polaires ! »
S’anima le pingouin. Et l’ourson compléta :
« Ma maman me racontait toujours une histoire
Dont le début était “Il était une fois
Des ours polaires suivant l’étoile du soir.”
Elle les guidait pour qu’ils puissent se trouver.
— La voilà notre idée ! Suivons-le, ce fanal,
Couina la renarde, laissons-le nous guider ! »
L’ourson accepta et ils suivirent l’étoile.

Elle les amena en haut d’une montagne
D’où ils aperçurent la maman ourse inquiète.
Elle suivait l’étoile avant qu’elle s’éloigne
Et aperçut son petit en levant la tête.
« Bébé ours, bébé ours, tu m’as beaucoup manqué !
L’appelait-elle en courant. — Maman, ma maman,
Lui répondait-il tandis qu’il se rapprochait
Jusqu’à la rejoindre et la serrer fortement.
— Je suis si ravie que tu te sois rappelé
Que l’étoile polaire est notre étoile à nous,
Celle qui nous guide quand nous sommes isolés.
Et aux amis qui l’ont aidé : merci à vous !
— Au revoir, pingouin, morse et renarde, merci !
Je rentre maintenant retrouver ma maison.
Je suis heureux d’avoir rencontré des amis
À défaut d’avoir pêché beaucoup de poissons ! »


Vous avez apprécié cette histoire ? Peut-être apprécierez-vous celle-ci :