La tisseuse d’étoiles (3′)

Il était une fois une femme mystérieuse qui passait ses journées à coudre et à broder, mais tous ses ouvrages étaient du plus profond des noirs tout comme ses vêtements, ses cheveux et même ses yeux.

(Illustration « Papillon céleste » : gallerie d’images libres de droits de la NASA)

(🇬🇧 The star weaver)


Il était une fois une femme mystérieuse qui passait ses journées à coudre et à broder, mais tous ses ouvrages étaient du plus profond des noirs tout comme ses vêtements, ses cheveux et même ses yeux. Sa peau était en fait la seule chose qu’elle n’avait pas noire, car quoique très sombre elle vibrait de la vie. Ceux qui la côtoyaient s’étaient d’abord étonnés qu’elle ne couse que du noir car où elle habitait l’on portait des tenues colorées, mais toujours elle répondait par un sourire énigmatique où perçaient tout à la fois la sagesse de l’âge et l’espièglerie de la jeunesse. Ou bien était-ce l’inverse ?

Quoiqu’il en soit, elle ne dérangeait personne aussi la laissait-on coudre et broder ses vêtements noirs. Il y eût cependant une jeune fille que cela intriguait et qui décida de tirer tout cela au clair. Elle observa longuement sans rien voir de particulier et finit un jour par s’endormir près de la maison isolée.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, la nuit était tombée. C’était une nuit sombre comme seuls produisent les lieux isolés, mais dans l’obscurité croissante dansaient des fils d’or qui semblaient pleuvoir du ciel puis y remonter. Subjuguée, la jeune fille observa encore et elle vit que les fils passaient dans le chas de l’aiguille de la femme sans âge qui les brodait sur ses tissus de nuit avant de les laisser s’échapper vers le ciel.

Le spectacle était fascinant : au milieu des formes abstraites s’élevaient parfois un visage ou un animal. Lorsque l’aube chassa les derniers fils d’or, la jeune fille s’aperçut que la tisseuse la fixait alors elle s’avança sans appréhension pour la questionner.

« Que faisiez-vous ? demanda-t-elle troublée.
– Je tissais les rêves pour les laisser s’envoler.
– Mais après, que deviennent ces fils d’or ?
– Ils partent à la recherche de l’esprit qui dort.
– Êtes-vous seule à cet ouvrage de fée ? »

Pour réponse, la tisseuse laissa échapper un rire muet puis compléta de sa voix profonde.

« Nous sommes un, nous sommes mille à œuvrer. Certains façonnent le sable ou bien la neige, d’autres tissent avec les étoiles le fil des rêves.
– Mais encore, pourquoi broder sur du noir ?
– Parce qu’il faut la nuit pour révéler les étoiles. »

Alors la jeune fille se tut et à compter de là il y eût deux tisseuses pour broder dans le ciel la matière des rêves.


(Avez-vous déjà consulté la banque d’images libres de droits de la NASA ? Je l’apprécie beaucoup ! Je trouve le ciel fascinant et leurs clichés sont très beaux. Ici, j’ai choisi un cliché intitulé « space butterfly » qui me semble bien illustrer ce conte !)

2 commentaires sur “La tisseuse d’étoiles (3′)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s