Les petites têtes d’oie (4’30)

Il était une fois un facteur d’instruments dont la renommée n’était plus à faire. Il produisait toutes sortes d’instruments. Cordes frottées, pincées, frappées; bois et cuivres; percussions… Au fil des années, il avait appris l’art de fabriquer tous les instruments qu’il avait pu croiser et rien ne l’amusait plus que de chercher les similitudes entre tous ces instruments et le monde qui l’entourait.

(🇬🇧 Little goose heads)

🎤 Podcast en français (Téléchargement podcast)

Il était une fois un facteur d’instruments dont la renommée n’était plus à faire. Il produisait toutes sortes d’instruments. Cordes frottées, pincées, frappées; bois et cuivres; percussions… Au fil des années, il avait appris l’art de fabriquer tous les instruments qu’il avait pu croiser et rien ne l’amusait plus que de chercher les similitudes entre tous ces instruments et le monde qui l’entourait. Dans le plic-ploc de la pluie qui tambourinait sur un toit de cuivre, il retrouvait le son du xylophone. Dans les stridulations des grillons, il entendait les violons. Mais c’étaient surtout les oiseaux qui l’inspiraient car s’il savait fabriquer de tout, il n’y avait bien que les flûtes dont il savait jouer.

Alors il répondait au rossignol perché sur son arbre, à la mésange dans sa petite maison, aux étourneaux hauts dans le ciel et même au coucou en y mêlant sa voix. Chaque fois, il perfectionnait un peu plus ses instruments en ajustant les trous permettant de jouer les gammes et les oiseaux lui répondaient avec bonheur. Pourtant, vint un jour où il fut bien en peine de reproduire le cri qu’il entendait car une oie venait de passer sa porte.

C’était une oie toute blanche comme on en voit dans les basses-cours, au long cou terminé d’un bec court. Elle était triste, disait-elle, car personne n’aimait faire de la musique avec elle, aucun orchestre ne souhaitait inclure d’instrument qui l’évoquait dans ses compositions. Elle avait entendu la réputation du facteur du bec d’une de ses amies poules qui elle-même la tenait d’un serin de passage. Elle avait alors décidé de venir jusque-là en demandant son chemin aux oiseaux sauvages.

Lorsqu’il lui demanda de chanter, elle produisit un son qui ne ressemblait à celui d’aucune créature qu’il avait déjà vue et d’aucun instrument qu’il connaissait, mais il ne voulait pas renvoyer l’oie d’où elle venait sans l’aider. Il lui proposa de rester un temps avec lui pour qu’il trouve un instrument qui conviendrait mais nuits et jours passèrent sans qu’il n’obtienne le succès escompté. L’oie finit par devoir partir, sa tête ronde baissée, tandis que le facteur restait hanté de n’avoir rien trouvé.

Un jour, alors qu’il évidait sans grande joie un roseau au bord d’une mare, il laissa tomber un outil dans la terre. Lorsqu’il revint le chercher dans l’après-midi, il le trouva pris dans la terre sèche et en le dégageant une forme arrondie et creuse lui resta dans la main. Cela le fit réfléchir et il ramassa une petite quantité de terre qu’il ramena chez lui pour la modeler en une forme ovoïde munie d’un bec permettant de souffler. Sur le dessus, il perça huit trous plus deux plus petits ; sur le dessous deux trous plus larges et un troisième biseauté pour produire un son. Il travailla longuement, minutieusement, puis plaça l’ensemble au four pour le faire durcir. L’instrument fini était plus rond que ce qu’il faisait habituellement, son son proche de la flûte à bec mais plus moelleux. Il partit alors retrouver l’oie sans attendre et lui fit cadeau de ce nouvel instrument qu’il avait nommé “petite oie”, ou “ocarina”, en son honneur car sa forme évoquait sa tête ronde au bec court. Depuis lors, l’oie malicieuse se mêle aux concerts et aux orchestres avec les autres oiseaux et son chant résonne sur treize notes joyeuses.

Ce texte vous a plu ? Peut-être apprécierez-vous ceux-ci :

2 commentaires sur “Les petites têtes d’oie (4’30)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s